Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
TRAX

Le blog Trax non officiel est réalisé par une passionnée de musique electronique.

Piratage Parano

Publié le 30 Mars 2006 par Trax

Comment s'exprime la parano régulière des labels vis-à-vis du piratage du disque ? Cela peut-être comme chez Resist Music, éditeur du superbe mix de James Holden, et sur lequel, on entend à peu près toutes les 10 minutes, une voix masculine et martiale, déclamer : this is a promo copy, it is not for resale, etc… Autant dire que l'on n'écoutera sans doute plus jamais ce disque, malgré sa qualité évidente. J'ai d'ailleurs menacé le label de ne plus jamais chroniquer leur disque, si cela continuait. Ai-je été entendu ? Toujours est-il que le nouveau mix de Miss Kittin, sur le même label, Resist, est exempt de ce MC anti piratage, plutôt casse-couille. Les labels ont en effet parfois du mal à comprendre que les journalistes musicaux ne font pas ce travail pour vérifier la qualité d'un disque, mais bien parce qu'ils aiment la musique (vu le salaire que l'on touche habituellement, il faut vraiment aimer la musique pour faire ce métier), et qu'ils ont aussi parfois envie de réécouter ces disques, par la suite. Bpitch Control est un label par exemple assez coutumier du fait. Ses CD promos ne contiennent parfois que des versions écourtées des morceaux (le cas avec l'album précédent d'Ellen Allien, dont chaque titre était réduit à 2 minutes, autant dire inécoutable) ou parfois des versions spéciales ou la musique est mélangée à des interviews rasantes (Modeselektor, dont le CD promo est inécoutable plus d'une fois). Pour ma part, cela faisait longtemps que je ne chroniquais plus de disques de chez BPitch, pour cette raison. Il semble là aussi que le label ait changé d'avis, puisque le récent album d'Ellen Allien et Apparat (pas mal du tout), soit exempt de ce genre de problèmes. Dernier exemple en date, ce matin. 9h30, autant dire aux aurores pour moi, un coursier me réveille et sonne, et me remet directement le nouveau CD promo des Pet Shop Boys, en provenance de chez EMI ! On ne m'avait pas prévenu, mais bon ! Le CD est à mon nom, porte le n°55. Pour l'ouvrir, il faut arracher avec énergie un adhésif sur lequel est précisé, "si ce sticker a été déchiré avant sa réception, veuillez immédiatement contacter son émetteur. Par ailleurs, en déchirant le sticker, le texte du CD précise que le journaliste doit aggréer à une liste de termes selon laquelle, le CD est destiné à un usage personnel, ne doit pas être prêté ou copié, placé en lieu sûr (désolé je n'ai pas de coffre-fort), et que EMI se réserve le droit de demander le retour du CD en cas de doute. Car l'arme fatale, c'est bien sûr que le CD est "water-linked", c'est -à-dire que s'il m'arrivait de l'offrir en peer-to-peer, le label pourrait en déceler l'origine. Cela étant dit, après un premier essai réussi, et malgré ses protections (THIS DISC IS COPY PROTECTED !!!!), le disque peut-être facilement copié sur son ordinateur. Non pas pour l'offrir sur le net, mais tout simplement pour l'écouter sur mon ordi, si l'envie m'en prend. Cela étant dit, le CD stipule : si vous n'êtes pas prêt à accepter ces termes, veuillez prendre contact avec le département EMI Content Protection, qui arrangera le retour du dît-CD (rappatriement d'urgence ?). Et pour finir : Thank you for your help in fighting music piracy and ENJOY THE MUSIC (quand même !)

Commenter cet article